Pour presque 2/3 des français, l’alimentation reste un plaisir, ainsi que la cuisine ; les émissions culinaires ne sont pas étrangères au phénomène. Mais seulement 1/2 des français cuisine tous les jours, alors que presque tout le monde attache son tablier le dimanche ! Les achats de produits bruts sont donc en régression.

3/4 des français seulement ont confiance dans la qualité des produits achetés, ce qui induit des modes parfois irrationnelles : engouement pour les produits sans gluten ou baisse de la consommation de viande.

Le bio tire ainsi son épingle du jeu avec une croissance de 20% sur le 1er semestre 2016, alors que le marché global de l’alimentation reste stable. Les grandes surfaces qui détiennent déjà quasiment la moitié du marché bio surfent sur la vague : en effet 9/10 des français consomment du bio au moins occasionnellement, même si les prix élevés restent un frein. D’ici fin 2016, le marché devrait d’ailleurs atteindre 7 milliards d’euros en alimentaire.

Les enseignes ayant développé leur réseau de proximité, les gros pleins faits en hypermarché sont moins courants, tandis que les achats de dépannage plus fréquents. Autres explications : des familles plus réduites et l’effet crise.

Le local a le vent en poupe : 1/2 des ménages le privilégie voire s’adresse directement au producteur.

Les achats en ligne voient leur poids augmenter et devraient atteindre 10% de part de marché d’ici 2025. Les suédois viennent de lancer un service de livraison incluant le rangement des courses à domicile, même en l’absence du client !

(source Kantar Worldpanel)

Nouvelles tendances de consommation alimentaire, ce qu’il faut savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *