En 2025 en France, 11% des produits de grande consommation (principalement alimentaires) se vendront en ligne pour un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros (source Kantar Worldpanel).

Le mouvement a débuté en Chine, il y a 2 ans, et s’est manifesté également aux états Unis confirmant cette mutation des circuits de distribution. On est loin des chiffres de l’électronique ou du textile mais on s’en rapproche.

Le commerce de proximité mise alors sur les services pour séduire les consommateurs à l’image de Carrefour City qui suit le mouvement initié par Franprix et Monoprix, les enseignes urbaines. Outre les horaires d’ouverture d’une grande ampleur (à Paris, certains points de vente sont ouverts jusqu’à 23h et le dimanche toute la journée), ce sont des services de Relais Poste, pressing, livraison, traiteur, point de rencontre avec le voisinage qui sont proposés. L’offre aussi s’est élargie avec pas moins de 7000 référence sur 400 mètres carrés et l’accent est mis sur le frais, le local et le bio.

Florajet, le réseau de fleuristes, a également diversifié son offre pour amener la clientèle de proximité à fréquenter davantage ses points de vente : partenariat avec la Française des Jeux, création de bouquets d’objets dans l’univers du cadeau, colis assemblant roses et champagnes, olivier en pot et huile, ou doudou et brassées colorées.

Tout paraît désormais possible…

 

Les idées du commerce de proximité pour résister à la concurrence de l’e-commerce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *